Sur le chemin de la guérison

 

 

Lorsque nous traversons une crise dans notre vie, nous pensons subitement que le ciel nous ai tombé sur la tête : le verdict est tout d’un coup confirmé  « Je suis malade » ou bien « J’ai une maladie incurable » ou encore pour certaines « Je suis condamnée à mourir« .

C’est l’occasion qui nous contraint à réaliser notre propre auto-diagnostique pour se recentrer sur « soi ».

Lorsque je regroupe plusieurs témoignages de personnes qui ont vaincu le cancer par exemple ou bien une maladie chronique grave, mon attention se focalise essentiellement sur leur parcours au final, car je veux savoir comment ces personnes ont fait pour ne pas baisser les bras et sombrer ?

En recoupant plusieurs récits, je peux identifier qu’elles ont toutes suivi un long cheminement dans leur vie pour obtenir un changement radical.

Ces « guerrières de la maladie » ont en fait, vécu le brisement ! J’entends par là, qu’elles ont été face à un mur et que leur vie a été comme figée dans le temps, tant qu’elles ne réussissaient pas à s’en sortir. Un peu comme dans le jeu Fort-Boyard, où les épreuves soit tu les réussis ou soit tu restes bloqué, ou alors soit tu meurs comme dans la série Game of Thrones.

La plupart de ces guerrières sont isolées, certaines perdent même leur travail car elles n’ont plus la force physique pour le faire. Et nombreuses sont celles qui se retrouvent dans des situations de précarité.

Mais aujourd’hui, je veux mettre l’accent sur ces guerrières qui ont vaincu leurs maladies. Lorsqu’elles témoignent, je me rends compte qu’elles passent par plusieurs phases de combat.

La première évidente est le refus, puis la colère, car on n’arrive toujours pas à croire que notre corps est malade « Je n’ai pas mérité d’avoir cette saleté de maladie »  « Pourquoi moi ?« .

Puis, il y a la résignation « Ok je suis malade mais pourquoi ? » et enfin l’acceptation. On commence à se poser toutes sortes de questions, en faisant une introspection sur les causes et les facteurs qui auraient pu favoriser les symptômes de la maladie. C’est alors qu’on commence à faire attention  à notre alimentation (d’ailleurs, on prescrit de plus en plus le jeûne thérapeutique pour lutter contre le cancer, car beaucoup sont guéris après avoir bannis certains aliments de leur alimentation).

On se dirige aussi vers de nouvelles types de médecines dites « parallèles » ou « douces » pour essayer d’obtenir notre guérison (acupuncture, yoga, homéopathie, shiatsu, ostéopathie, etc). Mais finalement, nos symptômes ne font que s’alléger alors que notre guérison tardent toujours à venir. Alors, parfois on s’accroche, d’autres fois on baisse les bras en pleurant de toutes ses forces.

On passe également par des phases de « raz le bol »  et de plaintes, c’est comme un cercle vicieux ou bien un peu comme les montagnes russes : up and down!

Nous sommes un esprit,

qui possède une âme,

enveloppé dans un corps !

Il y a cette petite voix intérieure qui parle en nous, qu’on essaie de faire taire parfois, car on ne la connaît pas bien, ou bien on ignore totalement son existence.

Cette voix intérieure que j’appellerais « Esprit de vie » nous conduit à nous diriger vers le véritable chemin de la guérison :

Lorsque notre âme est malade, notre corps nous alerte par la maladie.

Alors inutile de se ruiner en allant voir les guérisseurs, la solution se trouve en nous. Car lorsque la maladie devient chronique et dure plusieurs mois, voire des années, c’est le signe que votre âme souffre et qu’il faut la soigner avant de penser obtenir sa guérison physique.

Je relis souvent cette citation :

«  Je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme ».  3 Jean 1.2

L’âme est le lieu où siège les émotions, les sentiments, les désirs, les passions…

Soigner son âme signifie faire un tri, une vidange, ou une lessive afin qu’elle puisse à nouveau fonctionner comme elle le devrait.

N’est-il pas vrai que lorsque l’on se met en colère, cette colère se transmet à notre corps qui se raidit d’un coup, nous avons les nerfs à vif et nous explosons ! L’âme impact donc bien notre corps alors que l’Esprit de vie parle à notre âme et souhaite la restaurer. Apprendre à mettre de l’ordre dans son âme est une clé pour apaiser nos blessures, nos amertumes, nos rancunes et même notre haine. Alors apprenons à nous décharger de tout ce qui l’empoisonne ! Le manque de pardon, la colère excessive, le jugement, l’injustice etc… Mais vous pouvez alors me dire « Déborah, il n’y a rien de tout cela en moi et pourtant je suis en paix avec mon âme ».

Je vous dirais tout simplement de demander à l’Esprit de vie de vous révéler ce(s) blocage(s) dans votre vie.

Il suffit de s’isoler, de se poser, d’être seule ou accompagnée avec une personne qui vous aime (réellement) pour vous aider à mettre le doigt sur cette ou ces cicatrices qui saignent constamment. Moi, personnellement je le fais avec l’aide du Saint Esprit, qui parle à mon coeur pendant les périodes de doute. Je lui demande de m’aider à me pardonner et à me libérer de cette souffrance.

Pardonner n'excuse pas leur comportement, il te protège de ta destruction
Pardonner n’excuse pas leur comportement, il te protège de ta destruction.

C’est un long cheminement, un parcours réellement douloureux, frustrant (car on veut se faire justice), mais aussi fatiguant car c’est un lourd combat que de se libérer de ses blessures d’âme. Mais c’est finalement salvateur ! Car après cela, on se sent léger, joyeux et en paix.

Parallèlement à ce processus de guérison, il est parfois nécessaire de consulter un coach de vie, un mentor, un psychologue ou une personne qualifiée pour le développement de soi, car il va vous accompagnez dans votre démarche pour vous donnez les clés à débloquer !

Enfin, les gaspilleurs de temps et d’argent sont pour ma part inutiles. Il faut savoir les identifier et investir uniquement sur des personnes compétentes (qui ont des retours sur expériences avérées).

« Quoi que nous traversons, le hasard n’existe pas ! Et le hasard est le mot que l’âme utilise pour faire taire l’Esprit de vie »
« Prenons le temps pour travailler sur nos valeurs, et laissons-nous transformer par le processus du changement »
 « N’oublions pas que plus nous sommes conciliant à notre transformation intérieure et plus nous réussirons à atteindre notre objectif : se diriger vers le chemin de notre guérison »

Une réflexion sur “Sur le chemin de la guérison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s